Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche pour “enfant intérieur”

2020-04-10T10:18:23+02:00

Et toi ? Tu fais quoi dans la vie ?

Publié par Delphine Basson Psychologue

Tu fais quoi dans la vie ? Avez-vous déjà répondu à cette question ? ou plutôt avez-vous déjà réfléchi à ce que vous répondez à cette question ? 

Tu fais quoi dans la vie ? C'est une question récurrente à laquelle on peut répondre de différentes façons, même si au premier abord, chacun évoque sa position sociale, son métier... Justement pensez-vous qu'un enfant, qu'un ado répondrait à cette question de la même façon que vous ? Ils vous parleront de leurs Lego, de leur sport, de leur passion du moment. Demandez à votre enfant ce qu'il fait dans la vie et notez sa réponse dans les commentaires de cet article, ça fera avancer notre réflexion !

Depuis que j'exerce ce beau métier de psychologue, quand on me pose cette fichue question, je suis très embarrassée ! J'ai tenté au début de le dire avec fierté, puis très vite, je me suis rendue compte que ce n'était pas une bonne idée car tu rencontres ceux à qui tu fais peur : "tu vas m'analyser !?" ; ceux qui en profitent pour avoir une séance "gratuite" et te raconter leur vie en long et en large ; ceux qui te demandent ton avis sur Freud et sa théorie œdipienne ; ceux qui te considèrent déjà comme une barrée, une allumée... et aujourd'hui, si j'annonce que je suis hypnothérapeute, je n'ose même pas imaginer les clichés que l'on va associer ! Alors pour passer une bonne soirée, j'ai pris l'habitude depuis longtemps maintenant de répondre à cette question d'une autre manière et je me rends compte que mes réponses interpellent puis amènent de beaux échanges !

Ah... la place du travail dans notre société !

En séance, c'est la même chose, je pose rarement cette question en début de thérapie sauf si la problématique individuelle tourne autour du travail. Je préfère découvrir l'être humain au "professionnel" avec toutes ses valeurs, ses passions... La vie ne se limite pas qu'au travail et ma mission est de vous en faire prendre conscience. 

Alors aujourd'hui, si vous me demandez "Tu fais quoi dans la vie ?"

Je vous répondrai :

- J'enlève des étiquettes. Sur mes fringues, il y a celles qui grattent, qui irritent, celles qui se voient trop et qui attirent les regards, celles qui sont moches et qui ne me correspondent pas.

Et si vous insistez en me disant : " Ah oui ? Non, mais je voulais dire comme travail ?"

Et bien, je vous dirai :

- Ah oui ! Et bien tu vas rire ! Dans mon travail, j'enlève les étiquettes aussi : celles qui grattent, qui irritent depuis des années, celles qu'on nous a collées, qui se voient trop, qui attirent les regards et diminuent la confiance et l'estime de soi, celles qui sont moches, qui ne nous correspondent pas voire même ne nous appartiennent pas.

Sinon, dans la vie et dans mon travail, je ne tente pas mais j'ose, je ne regarde pas mais je contemple, je ne respire pas mais je médite, je ne me distrais pas mais je m'amuse, je n'apprécie pas mais j'adore... Je rêve, je ris, je danse, je crée, je souris à la vie. Je vis à 100% ! Ma mission est de transmettre ce savoir, cet état d'esprit à un maximum de personnes et d'apprendre aussi en retour. Toute relation est riche si elle est construite sur un phénomène d'échanges réciproques.

Alors... et vous ? Vous faites quoi dans la vie ? 

(J'attends vos réponses dans les commentaires)

Cet article a été publié sur le blog en septembre 2018. J'ai trouvé intéressant de le republier et de vous faire réfléchir sur votre vie en cette période de confinement qui appelle à la prise de recul et à l'introspection...

Et toi ? Tu fais quoi dans la vie ?

Voir les commentaires

2017-02-04T19:24:00+01:00

Retour du Déclic'O'ados de janvier

Publié par Delphine Basson Psychologue
Retour du Déclic'O'ados de janvier

Parce que je sais qu'ils ont tendance à peu raconter ce qui se dit dans ce fameux groupe de parole, j'ai eu envie de restituer quelques perles ou infos intéressantes pour nous, parents. Les paroles ont été notées pendant la séance et sont retranscrites ici brutes sous guillemets.

On entend souvent les gens se plaindre d'être fatigués et de manquer d'entrain le lundi pour démarrer la semaine. Et bien, nos chers ados se disent effectivement fatigués (80% du groupe). Pourtant, tous sont ravis de retourner le lundi au collège et s'y trouvent bien.

A la question, "quelles difficultés rencontrez-vous au collège ? "  j'ai eu plusieurs réponses.

 

"Moi, mon soucis... c'est le soin, l'écriture !!! "

et les autres lui répondent presque aussitôt, "si tu écris mieux que ton médecin alors, ça va... "(rires)  Et TOC !!!

"Ah moi ce que je déteste, c'est ceux qui se prennent pour les Rois de la cour !!!"

et tous les autres réagissent vivement pour marquer leur approbation. Mais qui sont les Rois de la cour ?

"C'est ceux qui poussent, qui crachent, qui ne respectent pas les autres, qui font n'importe quoi. Ils sont insolents et ont de la méchanceté gratuite. Sauf les 3ème ! Eux, ils sont sympas ! Ils sont déjà plus trop au collège dans leur tête. Ils sont dans un autre monde et ils nous aiment bien."

Notons ici que le groupe ados de ce jour était des 6ème et un 5ème.

 "Il y a aussi de la complicité entre copains et de l'amour dans la cour. "

et les autres qui rétorquent :

"Ah ouais !!! ils s'embrassent dans la cour !  Ca ne me choque pas, mais quand même, ça me dégoûte parce qu'ils s'exposent..."

Un ado du groupe se met alors à "DABER". Je l'interpelle : eh ! c'est quoi ce geste ? Ca veut dire quoi ? Ca sert à quoi ? "Et ben en fait tout le monde le fait, mais on ne sait pas trop à quoi ça sert..." alors je lui dis : et si, c'était un geste vulgaire ?

"Ben oui, quand on est au collège, on devient vulgaire !!!"

C'est vrai, qu'on entend des nouveaux noms d'oiseaux quand nos enfants rentrent en 6ème...

"On sait que c'est pas bien, et on essaie de pas parler pareil à la maison."

Je souligne "essaie" car ces noms d'oiseaux bizarres arrivent quand même effectivement jusqu'à notre tendre nid !!! Alors sachez, messieurs-dames, que certains mots sont à EVITER au collège !!!

"On ne peut pas dire punaise, toilettes ou mince. Sinon on se moque de nous !!! On nous dit :wouhaa, tu dis des vieux mots..." 

"oui et on préfère se prendre des remarques à la maison qu'au collège, c'est plus facile..."

Ca fait réfléchir !!!

Prenons conscience que nos enfants se compliquent la vie pour être intégrés et aimés dans les différents environnements qu'ils côtoient. On a, tout de même, pris quelques minutes à la fin de la séance pour définir certains mots vraiment vulgaires, pour qu'ils mesurent l'impact de leurs dires et qu'ils sachent bien distinguer les mots familiers, populaires et les mots vulgaires. Ils ont alors pris conscience de l'image qu'ils pouvaient donner à utilisant certains de ces mots.

De mon coté, j'ai appris la définition des mots "daber" ; "clasher" et "Wesh"... mais si vous croyez que je vais vous les donner... vous vous trompez !!! Rappelez-vous, je suis tenue au secret professionnel. Je vous ai déjà raconté beaucoup de choses !!! Je vous laisse donc mener votre enquête auprès de vos ados...

 

 

 

Voir les commentaires

2018-10-21T09:52:58+02:00

L'infirmière scolaire philanthrope

Publié par Delphine Basson Psychologue

Je suis ravie de vous présenter, pour la deuxième fois, la nouvelle rubrique dans le blog psycho.

Interview Portrait, c'est l'interview mais aussi le portrait d'une personne que j'ai pu croiser sur ma route. Cette personne nous parlera d'une de ses problématiques ou d'un thème qui lui tient à coeur ou encore d'informations importantes à vous faire découvrir. Tous les thèmes abordés dans ces Interviews Portraits sont en lien étroit avec les articles du blog. C'est pourquoi, vous pourrez cliquer sur tous les mots "rose" du texte afin de pouvoir mieux vous informer sur ce sujet évoqué. 

Aujourd'hui, je souhaite qu'on aborde le métier de l'infirmière scolaire. En tant que parents, nous savons tous qu'il existe une infirmière dans les établissements scolaires, sans pour autant bien connaitre sa mission.

 

Alors, je suis ravie de vous présenter [...], infirmière scolaire philanthrope ! [à sa demande, je tairai son prénom !]

 

Bonjour et Bienvenue sur ma blogosphère !

Vous êtes infirmière scolaire, pouvez-vous nous décrire votre métier, sa mission ?

 

  

La profession infirmière est définie selon le code de la santé publique : « est considérée comme infirmière, toute personne qui, en fonction du diplôme qui l'y habilite, donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou bien en application du rôle propre qui lui est dévolu. En outre, elle participe à différentes actions notamment en matière de prévention, d'éducation à la santé et de formation ou d'encadrement. » 

 

La mission de l'infirmière de l'Education Nationale s'inscrit dans la politique générale de l'éducation nationale qui est de contribuer à la réussite des élèves. Elle permet de détecter précocement les difficultés susceptibles d'entraver leur scolarité. L'infirmière participe à l'accueil et l'accompagnement de chaque élève en fonction de ses besoins spécifiques liés à sa santé physique ou psychique.

Elle participe à la prévention et l'éducation à la santé des élèves, et à la lutte contre les inégalités sociales. Pour se faire, elle collabore avec les différents professionnels de l’établissement mais aussi avec les acteurs de santé extérieurs et les familles.

Ci-joint un tableau pour résumer les différentes missions :

 

 

 

     

     

    cliquez sur l'image pour l'agrandir !

    cliquez sur l'image pour l'agrandir !

     

    Vous travaillez dans différents établissements scolaires. L'un d'entre eux accueille des élèves à haut potentiel. Quelles difficultés ces enfants rencontrent-t-ils dans leur scolarité ?

     

    C’est un dispositif qui accueille 2 à 4 élèves précoces par niveau, et qui présentent des difficultés scolaires et ou sociales. Il est donc proposé des aménagements particuliers pour chaque élève, qui sont réévalués régulièrement.

    Ce sont des enfants qui se sentent en décalage perpétuel avec leurs pairs. Ils ont une très faible estime de soi. Ils se dévalorisent. Ils s'ennuient en cours, car les exercices sont compris rapidement. Ils sont tous différents et n’ont pas tous la même problématique. Leur anxiété est très présente et peut entraver leurs apprentissages. Ils sont capables de la feuille blanche lors d’un contrôle et passe pour des fainéants. Ils sont incapables d’expliquer pourquoi et  lorsque vous reprenez avec eux l’énoncé, ils vont bloquer sur un mot (à double sens ou pas assez précis). De même, ils ont besoin d’un cadre. Ils sont hypersensibles et ont un sentiment d’injustice très fort. Certains vont se retrouver dans des conflits (voire bagarres) malgré eux. Ils peuvent se sentir exclus d’un groupe car ils n’ont pas les mêmes centres d’intérêts.

    Ils sont incapables de travailler scolairement et manuellement, s’ils ne connaissent pas le but. Certains sont en difficultés pour apprendre une leçon, car ils n’ont jamais appris à le faire. Ce sont des adolescents qui n’ont pas de filtre. Ils peuvent être considérer comme des élèves insolents.

     Ce « haut potentiel » peut s’accompagner de troubles des apprentissages, appelés, plus communément les « DYS »et des troubles du comportement (hyperactivité). On entend par « DYS » : la dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, la dysgraphie, la dyspraxie, la dysphasie.  Pour eux, c’est la double peine.

    Certains peuvent se mettre en danger, scarifications, alcoolisations, consommations de produits illicites, tentatives de suicides.

    Ce sont des adolescents qui ont besoin d’être valorisés, en permanence (comme tout élève à faible estime de soi). Ils ont besoin d’un accompagnement psychologique, régulier, à leur convenance. Ils ont besoin de RECONNAISSANCE.

    Certains professeurs vont essayer de comprendre leur mode de fonctionnement, mais d’autres refusent, souvent par méconnaissance. Les élèves sont alors confrontés à un mur, et pensent  que l’enseignant ne l’aime pas.

    Les problèmes liés à l’adolescence sont alors décuplés.

     

     

    Chaque académie a son propre fonctionnement.  Dans l’académie de Rouen, les infirmières scolaires partagent leur temps entre le collège et les écoles primaires qui y sont rattachées. Le temps accordé au primaire dépend du chef d’établissement, même si notre académie tend vers un 50% collège/50% écoles, je suis à 80% sur le collège (653 élèves) et 20% en primaire (1067 élèves). Le collège accueille une classe ULIS(Unité localisée pour l’inclusion scolaire), pour les élèves en situation de handicap lourd.

     

     

     

    Quelles problématiques rencontrez-vous chez les ados ?

     

    • L’adolescence est une transition entre l’enfance et le monde adulte. L’adolescent cherche sa propre identité. Leur mal-être est le reflet de notre société.
    • Je rencontre des élèves qui se scarifient, somatisent, et qui deviennent violents. Ils se mettent en danger et mettent en danger leurs camarades. Ils reproduisent ce qu’ils voient à la TV, mais aussi les jeux vidéo. Le téléphone portable est devenu une source d’anxiété. Les réseaux sociaux occupent une place fondamentale chez les jeunes. Ils ont besoin de reconnaissance et de popularité. Ils n’ont pas conscience des dégâts collatéraux que peuvent engendrer ses réseaux. Lors d’un entretien avec un jeune (estime de soi au plus bas, scarifications, accroc aux jeux en ligne, en recherche d’identité sexuelle, tentative de suicide), il me dit : « j’ai trouvé de l’aide, une amie de Marseille, m’apprend à sortir mon esprit de mon corps ». Cette amie est virtuelle, il joue en ligne avec elle. Il ne l’a jamais vu.
    • De même, le harcèlement est très problématique, qu’il soit au collège ou au domicile. Les élèves ne mesurent pas la signification de leurs propos (vont utiliser du vocabulaire qu’ils ne maîtrisent pas).La vulgarité langagière devient banale. Ils s’insultent pour s’amuser mais la fréquence est pesante.
    • De plus, une grande partie  des adolescents vit  dans des familles recomposées, où il est très difficile de trouver sa place, avec parfois un climat social défavorable (précarité financière, de l’emploi mais aussi du logement) ou climat de violence psychologique et physique, quelle que soit la catégorie sociale.
    • Les difficultés scolaires engendrent un mal-être, lorsqu’elles sont peu ou pas dépistées dès le plus jeune âge (professeurs des écoles non formées, surcharge des classes), ou pas acceptées par les parents par méconnaissance (ou parents qui ont eu des mauvais souvenirs de leur scolarisation). Ces difficultés vont croître au collège. Les situations explosent au collège et peuvent conduire à une déscolarisation  progressive par phobie scolaire ou un comportement inacceptable qui va entraîner une exclusion du collège par conseil de discipline, mais aussi par un trouble du comportement telle que l’anorexie.
    • Ma difficulté première est d’apprivoiser l’élève pour qu’il me fasse confiance afin d’établir un dialogue. Ce travail se gère en équipe avec toute la communauté scolaire. Il est important de travailler en amont, quand c’est possible, avec les parents. L’écoute est de rigueur. Ce qui est difficile c’est de faire la part entre le ressenti de l’enfant et du parent et la réalité d’un fait. Je suis aussi un médiateur lorsque la communication entre l’ado et son parent n’existe quasiment plus. Mais je vais orienter la famille vers des professionnels ou des  associations pour que la prise en charge soit pluridisciplinaire.
    • L’adolescent en danger est très difficile à gérer. Il est primordial de travailler en collaboration avec l’assistante sociale lorsqu’elle est présente ou la CPE (conseillère pédagogique et éducative). Les propos du jeune sont recueillis tels quels, mots pour mots et face à 2 adultes. Il faut en aviser le chef d'établissement. En fonction du danger, nous alertons la cellule de recueillement des informations préoccupantes (inspection académique : dispositif pour l’enfance en danger), qui va transmettre soit au parquet soit au service social. Nous devons prévenir les parents lorsque nous faisons un écrit sauf si je juge que l’enfant ne peut être remis à sa famille. Dans ce dernier cas, je travaille directement avec la police je ne transmets mes écrits au service social une fois que l’enfant est prise en charge par la brigade des mineurs.
    • La violence est devenue banal dans le collège, puisque pour s’amuser on se donne des coups et on se lance des défis tels que CAP ou PAS CAP. Tous les jours les élèves viennent à l’infirmerie pour des contusions, plaies voir traumatismes après avoir chahuté dans les couloirs et en cours de récréation. Faute de moyens en personnel, nous  avons des difficultés à faire face à ses jeux ridicules. Il n’est pas rare qu’un élève soit envoyé à l’hôpital pour ses mêmes motifs.
    • Je vois par jour une quarantaine d’élèves.

     

    Quel(s) conseil(s) pourriez-vous donner aux parents lecteurs des blogs ?

     

    Il faut sélectionner les blogs en fonction de nos besoins et de nos ressentis.

    Ne pas hésiter à farfouiller dans un blog et laisser des témoignages.

    Certains blogs peuvent aider des parents en difficultés à en rencontrer d’autres (blog sur la phobie scolaire, par exemple).

    Des professionnels mettent leur compétence au profit des lecteurs (Astuce pour dys, Delphine Basson..).

     

     

    Le blog Delphine Basson psycho a pour objectif de rendre la psychologie et le bien-être accessible à tous. My PopPsy est un blog un peu plus fantaisiste qui touche à tout dans une rubrique « Lifestyle ». Vous êtes une fidèle lectrice des blogs. Depuis quand les lisez-vous ? Qu'est-ce qui vous plaît dans leur approche ? Aimeriez-vous que certains thèmes soient abordés ?

     

    Je ne me souviens plus de la date, mais c’est depuis que j’ai fait une agréable rencontre : la vôtre.

    Leurs diversités sont très enrichissantes, et permettent de comprendre certains problèmes auxquels nous sommes confrontés. On peut se dire que nous ne sommes pas seuls. Ce sont en quelques sortes des cavernes d’ALIBABA. On y trouve des témoignages, des solutions, des ressources…

    On peut y partager des petits bonheurs.

    J’adore la neuroscience, les sciences du comportement (de l’être vivant en général), la neuropsychologie.

     

    Encore merci d'avoir bien voulu consacré un peu de votre temps précieux pour répondre à cette interview portrait ! Je suis persuadée que toutes les informations précieuses que vous nous avez communiquées aideront tous les parents dans l'accompagnement quotidien de leur enfant. Vous êtes une belle personne passionnée par votre mission, encore bravo !

    Et vous, parents, n'hésitez pas à laisser un commentaire, une remarque, une question après la lecture de cette interview !!!

    Voir les commentaires

    Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog