Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #interview portrait catégorie

2020-11-24T06:00:00+01:00

Happy Virginie, vers le Zéro déchet

Publié par Les Ti bonheurs de Delph

Voici la quatrième Interview Portrait sur le blog psycho.

Interview Portrait, c'est l'interview mais aussi le portrait d'une personne que j'ai pu croiser sur ma route. Cette personne nous parlera d'une de ses problématiques ou d'un thème qui lui tient à cœur ou encore d'informations importantes à vous faire découvrir. Tous les thèmes abordés dans ces Interviews Portraits sont en lien étroit avec les articles du blog ou avec mes valeurs. C'est pourquoi, vous pourrez cliquer sur tous les mots "rose" du texte afin de pouvoir mieux vous informer sur ce sujet évoqué. 

 

La crise sanitaire, que nous vivons depuis plusieurs semaines, semble éveiller les consciences. On entend beaucoup, un peu partout, que la Terre souffre. Nombreuses sont les personnes qui réfléchissent, se remettent en question et tentent de changer leurs habitudes. Virginie, très investie dans une démarche écologique, consacre beaucoup de temps et d’énergie dans cette mission…

 

***

  1. Bonjour Virginie, peux-tu te présenter en quelques mots ?

 

 

Bonjour Delphine, merci de m’avoir conviée sur ta blogosphère. Je m’appelle Virginie, je suis (re)mariée, j’ai 3 enfants et je suis psychologue, comme toi ! je travaille dans la protection de l’enfance et j’accompagne de nombreuses familles au quotidien afin qu’elles parviennent à mieux vivre ensemble ! Je suis aussi une danseuse et vice-présidente d’une école de danse associative. Je suis également une amoureuse de la vie, de ces petits bonheurs du quotidien que je partage activement autour de moi ! Je suis une optimiste invétérée et j’ai à cœur de transmettre mon regard sur ce monde que je rêve plus vert et plus solidaire. Je suis en effet très engagée pour l’environnement car j’ai envie d’offrir à nos enfants plus que ce que notre société actuelle leur promet (un véritable désastre écologique).  Il est urgent que nous changions notre rapport à la consommation afin de préserver des ressources naturelles qui fondent à vue d’œil ! Il est urgent que nous prenions conscience de la fragilité de la terre et que nous nous rendions compte que les humains et leurs quêtes de profits sont les seuls responsables (pas nous individuellement bien sûr …).

  1. Qu’est-ce qui est important pour toi dans la vie ?

 

 

Ma famille bien sûr, les liens qui m’unissent aux autres, à ceux qui me sont proches mais aussi à tous ceux dont je croise le chemin. La découverte ! Le voyage commence au bout de la rue et j’aime m’émerveiller de tout ! (il suffit d’aller faire un tour sur mon compte Instagram pour s’en rendre compte !) Et puis la nature ! Elle est tellement apaisante quand le chaos se fait trop puissant, mettre les mains dans la terre, admirer le ciel, me connecter aux arbres, aux fleurs en pleine conscience devient vital … Et en pleine crise sanitaire, au cœur d’une actualité dramatique ces petits gestes m’aident à me préserver et à me ressourcer. Ils permettent également de prendre conscience de la nécessité de protéger la planète.

  1. Peux-tu nous parler du collectif « 2 petits pois dans le bocal » dont tu fais partie.

 

Alors que j’étais engagée très activement dans le Zéro Déchet j’ai rencontré mon amie Marianne qui cheminait à son rythme de son côté. Après avoir assisté à la conférence de Jérémie Pichon de la Famille (presque) zéro déchet nous avons eu envie de créer dans un premier temps un groupe local sur les réseaux sociaux afin de transmettre toutes nos astuces, nos recettes, nos commerçants partenaires pour bien débuter cette démarche ! Ce groupe s’est transformé en collectif il y a quelques mois à la sortie du confinement … des journalistes locaux nous ont mises à l’honneur et tout doucement notre bocal s’est rempli ;-)

  1.  Qu’est-ce que le zéro déchet pour toi ? Quel est son intérêt ? Depuis quand t’es-tu lancée dans cette aventure ?

 

Tout a commencé pour moi fin 2015, après un novembre noir dont tout le monde se souvient. J’avais besoin d’agir et ne pas me sentir impuissante face à ce monde qui ne tournait déjà pas rond. J’ai vu le film DEMAIN de Cyril Dion et je me suis lancée dans l’aventure du Zéro Déchet avec force et convictions car là je pouvais agir ! J’ai entraîné ma tribu, j’ai révolutionné notre façon de consommer ! vive les bocaux, les boîtes et ma gourde ! à moi le vrac, le bio et le local ! Plus d’emballages non recyclables, nous sommes passés au solide dans la salle de bain, ma poubelle s’est mise à la diète pour arriver en quelques années à un poids de 3kgs / an pour 5 personnes de déchets destinés à être incinérés ou enfouis (la poubelle noire). Une victoire ! une satisfaction énorme de voir que nous pouvions réduire notre impact en consommant moins mais mieux, en pensant seconde main ou trocs entre voisins … Mais depuis un an ou deux, le ZD n’est plus une finalité, loin de là … il est la porte d’entrée à une véritable transition écologique … le bocal ne suffit pas … Nous avons installé des toilettes sèches, récupéré l’eau de pluie ou de la douche, changé de fournisseur d’énergie, augmenté notre mobilité douce, espacé les voyages trop loin (et oui je suis faillible, je suis une voyageuse passionnée qui a soif de contrées lointaines ou pas …). Le ZD permet une prise de conscience des enjeux écologiques et je suis très fière d’être l’écolo que je suis grâce à cette première étape symbolique !

  1. Quelles recettes, astuces du quotidien peux-tu donner aux lecteurs du blog ?

 

Il y a des choses très simples et facile à mettre en place qui permettent de réduire drastiquement sa poubelle : un composteur, un STOP PUB, plus de jetable, du lavable (gourde, boîte, mouchoirs, bocaux, sacs en tissus etc …), pensez toujours seconde main en priorité afin d’utiliser des ressources déjà existantes, cuisinez de saison, simplifiez-vous la vie ! Ah oui et il y aussi un geste fort qui me tient à cœur et permet d’être acteur de la transition écologique tout en soutenant l’éthique animale : arrêtez la viande (réduire fortement si vous ne souhaitez pas ou ne pensez pas pouvoir le faire). Mais à bas la perfection, la charge mentale reste très féminine et tout gérer repose bien souvent sur les femmes. Alors un pas après l’autre, avancez en famille, soyez-vous aussi verts et solidaires ;-)

Quels livres, sites peux-tu conseiller si les lecteurs souhaitent approfondir le sujet ?

 

J’ai commencé le Zéro Déchet avec les livres de la famille (presque) Zéro Déchet et de Béa Johnson  … Il y en a depuis de nombreux disponibles … j’ai passé beaucoup de temps sur la toile à m’inspirer de ce que les personnes engagées dans cette démarche faisaient et puis j’ai adapté le tout à ma vie et mes envies ! J’en ai beaucoup fait au départ (cuisine, produits d’entretiens etc)  et puis j’ai commencé à m’essouffler alors j’ai poursuivi sur la voie du minimalisme (tiens oui désencombrer, s’alléger c’est une étape importante aussi et tu en parles régulièrement toi aussi !) en nous concoctant des menus simples et réconfortant, en simplifiant le goûter des enfants (un fruit c’est bien aussi non ?).

Merci Virginie ! On peut te retrouver sur ton blog Happy Virginie tu peux nous en dire 2 mots.

 

Ce blog c’est un livre ouvert sur mon univers, mon cheminement, ma transition écologique mais aussi nos voyages et nos tranches de vie. J’écris à chaque fin de mois une « rétro » des jours passés afin de garder précieusement au chaud dans ma boîte à souvenirs ce qui a rendu ce mois beau, grave ou léger … J’écris aussi mes colères, mes peurs et mes rêves … J’ai même écrit une lettre au Président de la République ! Ce blog c’est un peu de moi, beaucoup de nous et je suis heureuse quand il permet à l’un d’entre vous d’avancer, de réfléchir ou de se questionner … Vous y êtes les bienvenu.es, soyez en sûr.es.

Les quelques lignes qui suivent te permettent de t’exprimer librement... Fais passer ton message bienveillant :

 

« Tu as parlé de ma « mission » à transmettre la nécessité de changer le monde… Le mot est lourd, puissant, responsabilisant mais il est juste. En effet, je suis consciente d’être privilégiée par la vie, il est sans nul doute plus simple de voir le monde de ma place … Je suis née en France, dans une famille unie, j’ai un métier que j’aime, une maison, un jardin, un foyer aimant et bienveillant …  Néanmoins il me semble important de porter haut et fort des valeurs qui me sont chères, telles la solidarité, le partage et l’écologie. Pour moi tout est lié, vouloir un monde plus vert, c’est aussi aspirer à une société plus juste et solidaire en refusant les objets à bas coût produits à l’autre bout du monde dans des usines parfois insalubres. C’est vouloir MOINS mais mieux pour préserver les ressources naturelles de la terre, c’est préférer ÊTRE qu’AVOIR, c’est apprécier les expériences, les ressentis, l’ici et maintenant bien ancrée dans la terre, plutôt qu’accumuler et croire que c’est ça exister …

Le Zéro Déchet cela paraît déjà beaucoup alors qu’en fait c’est le début d’une autre histoire, d’un autre chemin dans lequel DEMAIN s’annonce plus vertueux et respectueux. Il y a des jours où je me sens inutile, impuissante face à l’urgence climatique, armée de ma gourde et de mes idéaux, je me sens alors bien petite pour révolutionner le monde ! J’aimerai tellement que les choses aillent plus vite parce qu’il est urgent de ralentir, il est essentiel de réduire … notre consommation, notre impact, notre capacité à tout détruire. C’est parce que je crois profondément en l’humain et ses capacités de résilience que ma gourde, mon bocal et moi continuons de partager, transmettre, éveiller et semer jour après jour, graine après graine … Et j’aime croire que parmi vous, une future graine de colibri aura peut-être germé à la lecture de ces quelques lignes … peut-être …»

Voir les commentaires

2020-05-01T08:24:23+02:00

Elles ont changé de vie... pour être heureuses...

Publié par Les Ti bonheurs de Delph

Voici la troisième Interview Portrait sur le blog psycho.

Interview Portrait, c'est l'interview mais aussi le portrait d'une personne que j'ai pu croiser sur ma route. Cette personne nous parlera d'une de ses problématiques ou d'un thème qui lui tient à coeur ou encore d'informations importantes à vous faire découvrir. Tous les thèmes abordés dans ces Interviews Portraits sont en lien étroit avec les articles du blog. C'est pourquoi, vous pourrez cliquer sur tous les mots "rose" du texte afin de pouvoir mieux vous informer sur ce sujet évoqué. 

J’entends souvent en séance des personnes lassées par leur vie. Installées voire emprisonnées dans leur quotidien, elles perdent au fil du temps goût à la vie : tout devient triste et morose. Comme si après avoir tenté différentes choses, elles ne trouvaient plus de solutions pour atteindre leur épanouissement personnel et baissaient les bras en disant : « c’est comme ça ! ». 

J’aime la phrase « Suis tes rêves, ils connaissent le chemin du bonheur. » Je vous le répète souvent en séance : quittez votre zone de confort et allez tout droit vers la magie. Vous pouvez changer de travail, changer d’orientation professionnelle, déménager… ou… aller droit vers vos rêves. Voici deux témoignages qui pourront peut-être créer cette impulsion chez vous !!!

 

LISA, NORMANDE CANADIENNE

 

Bonjour Lisa, Bienvenue sur ma blogosphère ! Vous avez fait un grand saut récemment, mais avant de nous en parler, pouvez-vous nous décrire votre vie avant ? Votre quotidien et ses problématiques ?

 

Avant de prendre la décision de partir, ma vie était comme un vide… pas ma vie personnelle mais plutôt ma vie professionnelle. Deux licenciements abusifs en 2008 (pour grossesse) et en 2009 (pour jours enfant malade), des années de souffrance professionnelle, une perte totale de confiance en les employeurs et en moi-même… 2017: burn out, décision de tout quitter, rupture conventionnelle! Et là, le néant, que faire, quelle direction prendre ? Bilan de compétences qui n’a rien donné, quelques formations sur la confiance en soi… mais toujours pas de vraies pistes “Tu es capable de tout, tu t’adaptes facilement, tu connais énormément de choses” ok mais je vais où… tentative de monter ma propre entreprise mais échec, ou plutôt abandon… disons que j’ai abandonné chaque projet que j’ai entrepris, par doute, par peur…

Mon quotidien était devenu très compliqué, impossibilité de trouver ma voie mais aussi je pense, incapacité à retravailler réellement… J’ai fait quelques mois en tant que formatrice, j’adorais, mais j’ai également abandonné...

 

 

 

 

Quand et comment avez-vous pris conscience que vous n’étiez pas épanouie dans votre vie ? 

 

 

 

Je le savais depuis longtemps et je pense que je n’ai jamais été épanouie professionnellement… peut-être un mauvais choix dès le début, peut-être une réalité beaucoup moins belle que ce que j’avais imaginé dans mon métier



 

 

 

Qu’avez-vous enclenché, décidé au moment de cette prise de conscience ? 

 

 

 

Rien au départ. Puis un accompagnement, j’ai vu plusieurs psychologues sans succès puis je vous ai rencontrée. J’ai beaucoup avancé mais malheureusement la vie (ou moi) a fait que j’ai aussi reculé, souvent…

Et puis, lors de ma rupture conventionnelle, nous nous sommes offert, avec mon mari et nos deux enfants de 3 et 9 ans à l’époque, un mois de road trip au Québec. Après un mois de rêve, le retour à la réalité a été très très très difficile… Je voulais repartir, vite, ailleurs qu’en France, ailleurs que ma routine qui n’était pas très belle (c’était parti pour une nouvelle période de chômage, l’entrée à l’école de notre deuxième et dernier enfant…)

Mon mari a commencé une reconversion professionnelle puis en 2018 il m’a parlé de partir, partir vivre au Québec. Pour moi, c’était impensable, je n’en étais pas capable. Tout quitter… ma maison, mes amis (si peu qu’ils étaient), vous (et oui, j’étais très attachée à vous), ma famille… briser le coeur de mes parents, les priver de leurs petits enfants qui comptent tant dans leur vie… Non c’était pas possible pour moi…

Sa proposition fut même un choc psychologique pour moi car j’ai eu peur d’un coup, partagée entre cette possibilité, tous les points négatifs liés, et ma situation de l’époque, sans emploi, perdue…

Et puis, mon mari a postulé, aux journées Québec à Paris, il a eu directement un entretien programmé, et j’ai commencé à réellement paniquer… mais je me suis dit, non il ne sera pas pris, il vient d’avoir son diplôme… Décembre 2018, jour de l’entretien à Paris, il ressort avec le sourire “ils me rappellent la semaine prochaine, je suis un de leurs coups de coeur” QUOI ?????? mais c’est pas possible, je ne peux pas, je ne veux pas partir !!!

Et il a fallu que je me décide, car oui il a été retenu… J’ai fini par dire oui et les montagnes russes émotionnelles ont démarré…

Des mois, de longs mois d’attente, de démarches et d’incertitude. Et oui, aller travailler au Québec n’est pas simple, et tant que tu n’as pas ton permis de travail entre les mains, tu restes dans l’incertitude que l’agence d’immigration accepte ou refuse ton dossier.

Les démarches ont commencé en janvier 2019 et nous sommes arrivés le 1er décembre 2019. Pratiquement une année pendant laquelle je voulais partir puis abandonner puis partir etc… et je me suis battue, car non je ne pouvais pas de nouveau abandonner… je devais aller jusqu’au bout!!!

J’ai beaucoup pleuré, j’ai passé des semaines affreuses… et puis il a fallu vendre la maison, donner nos chiens, nos poules, et nous séparer de la majorité de nos affaires… Ce fut, je crois, l’épreuve la plus difficile de ma vie...


 

 

Comment avez-vous vécu ce changement ?

 

Au début très bien. Nous sommes arrivés contents, et toute l’excitation de l’installation, acheter de nouvelles affaires, aménager l’appartement etc… et puis Noël est arrivé… très difficile… et ensuite, la reprise du travail en janvier, difficile aussi car très déçue… je pensais renouer avec mon métier mais au final non… je pense que je dois vraiment changer et j’en ai la preuve aujourd’hui.

 

 

 

 

Que s’est-il passé depuis dans votre vie ?

 

 

 

Pour le moment, pas tant de choses… oui le cadre de vie est superbe, les gens sont gentils, l’atmosphère est plus calme qu’en France mais mon soucis de néant professionnel me poursuit et je ne sais toujours pas quoi faire… je vis une souffrance au travail, je suis très déçue… Il y a des jours où j’ai envie de revenir en France et puis je me dis que non, je dois continuer, je dois aller jusqu’au bout pour n’avoir aucun regret mais c’est dur, je culpabilise beaucoup pour ma famille aussi et je m’en veux de priver mes enfants de leur famille, de leurs grands parents surtout… malgré tout je les vois heureux, d’être ici, de connaître une autre “monde” et leur adaptation se fait parfaitement bien.


 

 

 

 

Et si c’était à refaire, vous recommenceriez ?

 

Je ne sais pas… je verrai cela dans quelques mois. Mon objectif aujourd’hui est de réaliser un rêve, partir un an en camping car, visiter beaucoup de pays, voir des gens d’autres cultures… ne penser à rien sauf à la beauté du monde!

Si mon mari n’avait pas été là pour me pousser jusqu’au bout, pour m’emmener dans son rêve (parce que oui c’était le sien mais il voulait essayer de m’offrir une autre vie avec lui), je serai encore en France et je ne sais pas où ni à quoi faire… Et à vrai dire je n’ai pas envie de savoir :-)


 

 

 

Quels conseils pouvez-vous donner aux personnes qui s’ennuient dans leur vie, qui ne sont pas épanouies ?

 

D’agir, d’aller au bout… d’être fort, de ne pas baisser les bras car on a tous une force insoupçonnée qui est cachée en nous. Ce sera dur, vous allez pleurer, vous allez vous écrouler mais vous irez jusqu’au bout et cette fierté là vous fera oublier l’enfer précédent !Même si les choses sont difficiles, aujourd’hui je me sens sur la bonne voie… certaines peurs ont disparues et je suis sûre qu’au fil du temps les autres vont partir également !!!

Alors je vous souhaite à tous d’aller au bout et des fois, il ne faut pas réfléchir, il faut suivre ce que la vie vous offre et vous verrez bien… ne rien tenter c’est à coup sûr regretter plus tard !

 

NELLY, NORMANDE REUNIONNAISE

 

Bonjour Nelly, Bienvenue sur ma blogosphère ! Vous avez fait un grand saut récemment, mais avant de nous en parler, pouvez-vous nous décrire vote vie avant ? Votre quotidien et ses problématiques ?

 

Je vivais dans le sud de la France depuis 5 ans après avoir quitté la Normandie. Je travaillais pour une Franchise, responsable de magasin, j’en avais géré le suivi des travaux, le recrutement et la mise en place pour l’ouverture, nous avons eu un début d’activité détonnant en terme de chiffre d’affaire. Quand, lors d’un séminaire, j’ai rencontré le franchisé de La Réunion, à qui j’ai donné envie de travailler avec moi. Il m’a talonnée durant quelques mois jusqu'à ce que j’accepte de partir bosser avec lui. J’ai travaillé dans son entreprise 2 ans.

 

 

Quand et comment avez-vous pris conscience que vous n’étiez pas épanouie dans votre vie ?

 

 

En 2018… petit à petit j’ai perdu du poids, je n’avais de temps que pour mon travail qui me tendait de plus en plus, des relations avec les gens, les aspects RH, le comportement de la clientèle, le j’m’en foutisme ambiant m’étaient de plus en plus insupportable. Je n’avais plus de buts ni de projet dans la vie… la société m’écœurait, je ne comprenais plus les gens…

 

 

Qu’avez-vous enclenché, décidé au moment de cette prise de conscience ?

 

 

Un travail sur moi afin de me sentir mieux avec moi-même, de soins énergétiques en réunions de formation à ces soins, de rencontres en objectifs pour moi (comme acheter un appartement, donc déménager, changer de travail ou plutôt retrouver une activité vibrante). J’ai repris du moral et me suis engagée sur une nouvelle voie qui pourtant m’appelait depuis toujours, surtout lorsque j’étais esthéticienne.

 

 

Comment avez-vous vécu ce changement ?

 

Une année d’inconfort total, beaucoup de doutes mais des portes qui s’ouvraient avec beaucoup de fluidité… donc avec de la confiance je me suis dis que c’était la bonne route, donc pas le choix que d’y aller, quand même…

 

 

 

Que s’est-il passé depuis dans votre vie ?

 

J’ai acheté un petit appartement à 5mn de la mer, j’ai fait des formations pour me former à une activité qui me plait, j’ai quitté mon job sans regret, je mets des choses en place pour mon épanouissement et mon bonheur en priorité.

 

 

 

Et si c’était à refaire, vous recommenceriez ?

 

OUI 100 fois !

Ce départ pour la Réunion est un deuxième saut ! Le premier a eu lieu il y a 5 ans quand vous avez quitté la Normandie pour aller vivre dans le sud de la France. Que pouvez-vous nous en dire ? Le premier saut était-il difficile ? Plus difficile que le deuxième ? Qu'est ce qui vous a poussé à partir au départ ?

 

 

 

Quels conseils pouvez-vous donner aux personnes qui s’ennuient dans leur vie, qui ne sont pas épanouies ?

 

 

Que ce n’est pas en se contemplant dans son caca qu’on avance, mais en regardant plus loin, en ayant confiance en la vie et en se mettant dans l’action. Il y a un temps pour pleurer, puis un temps pour réfléchir et poser ses pions, et un autre  pour agir… 

Je tiens à remercier particulièrement ces deux personnes qui ont joué le jeu de l'interview portrait. Je leur souhaite beaucoup de bonheur dans leur nouvelle vie. J'espère qu'elles vous auront fait réfléchir et envisager la vie autrement. Je vous répète souvent en séance "soyez acteur de votre vie". Effectivement, vivez-la pleinement et ne la subissez plus. Le changement est possible, ces deux témoignages vous le prouvent. J'ai moi-même quitté mon Jura pour aller étudier à Grenoble, puis je suis "montée" à Paris pour démarrer ma carrière. J'ai ensuite vécu 10 ans dans les Pays de Loire pour venir vivre ici il y a 10 ans et ouvrir un cabinet libéral. Tout est possible !!! Il faut juste bien poser les jalons...et croire en soi... 

Si vous souhaitez réagir, postez un commentaire !

Si vous avez vécu une expérience similaire et que vous souhaitez témoigner, contactez-moi !

Si vous souhaitez apporter un témoignage sur un autre thème et participer à une interview portrait, faites-moi signe !

Voir les commentaires

2018-10-21T09:52:58+02:00

L'infirmière scolaire philanthrope

Publié par Delphine Basson Psychologue

Je suis ravie de vous présenter, pour la deuxième fois, la nouvelle rubrique dans le blog psycho.

Interview Portrait, c'est l'interview mais aussi le portrait d'une personne que j'ai pu croiser sur ma route. Cette personne nous parlera d'une de ses problématiques ou d'un thème qui lui tient à coeur ou encore d'informations importantes à vous faire découvrir. Tous les thèmes abordés dans ces Interviews Portraits sont en lien étroit avec les articles du blog. C'est pourquoi, vous pourrez cliquer sur tous les mots "rose" du texte afin de pouvoir mieux vous informer sur ce sujet évoqué. 

Aujourd'hui, je souhaite qu'on aborde le métier de l'infirmière scolaire. En tant que parents, nous savons tous qu'il existe une infirmière dans les établissements scolaires, sans pour autant bien connaitre sa mission.

 

Alors, je suis ravie de vous présenter [...], infirmière scolaire philanthrope ! [à sa demande, je tairai son prénom !]

 

Bonjour et Bienvenue sur ma blogosphère !

Vous êtes infirmière scolaire, pouvez-vous nous décrire votre métier, sa mission ?

 

  

La profession infirmière est définie selon le code de la santé publique : « est considérée comme infirmière, toute personne qui, en fonction du diplôme qui l'y habilite, donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou bien en application du rôle propre qui lui est dévolu. En outre, elle participe à différentes actions notamment en matière de prévention, d'éducation à la santé et de formation ou d'encadrement. » 

 

La mission de l'infirmière de l'Education Nationale s'inscrit dans la politique générale de l'éducation nationale qui est de contribuer à la réussite des élèves. Elle permet de détecter précocement les difficultés susceptibles d'entraver leur scolarité. L'infirmière participe à l'accueil et l'accompagnement de chaque élève en fonction de ses besoins spécifiques liés à sa santé physique ou psychique.

Elle participe à la prévention et l'éducation à la santé des élèves, et à la lutte contre les inégalités sociales. Pour se faire, elle collabore avec les différents professionnels de l’établissement mais aussi avec les acteurs de santé extérieurs et les familles.

Ci-joint un tableau pour résumer les différentes missions :

 

 

 

     

     

    cliquez sur l'image pour l'agrandir !

    cliquez sur l'image pour l'agrandir !

     

    Vous travaillez dans différents établissements scolaires. L'un d'entre eux accueille des élèves à haut potentiel. Quelles difficultés ces enfants rencontrent-t-ils dans leur scolarité ?

     

    C’est un dispositif qui accueille 2 à 4 élèves précoces par niveau, et qui présentent des difficultés scolaires et ou sociales. Il est donc proposé des aménagements particuliers pour chaque élève, qui sont réévalués régulièrement.

    Ce sont des enfants qui se sentent en décalage perpétuel avec leurs pairs. Ils ont une très faible estime de soi. Ils se dévalorisent. Ils s'ennuient en cours, car les exercices sont compris rapidement. Ils sont tous différents et n’ont pas tous la même problématique. Leur anxiété est très présente et peut entraver leurs apprentissages. Ils sont capables de la feuille blanche lors d’un contrôle et passe pour des fainéants. Ils sont incapables d’expliquer pourquoi et  lorsque vous reprenez avec eux l’énoncé, ils vont bloquer sur un mot (à double sens ou pas assez précis). De même, ils ont besoin d’un cadre. Ils sont hypersensibles et ont un sentiment d’injustice très fort. Certains vont se retrouver dans des conflits (voire bagarres) malgré eux. Ils peuvent se sentir exclus d’un groupe car ils n’ont pas les mêmes centres d’intérêts.

    Ils sont incapables de travailler scolairement et manuellement, s’ils ne connaissent pas le but. Certains sont en difficultés pour apprendre une leçon, car ils n’ont jamais appris à le faire. Ce sont des adolescents qui n’ont pas de filtre. Ils peuvent être considérer comme des élèves insolents.

     Ce « haut potentiel » peut s’accompagner de troubles des apprentissages, appelés, plus communément les « DYS »et des troubles du comportement (hyperactivité). On entend par « DYS » : la dyslexie, la dysorthographie, la dyscalculie, la dysgraphie, la dyspraxie, la dysphasie.  Pour eux, c’est la double peine.

    Certains peuvent se mettre en danger, scarifications, alcoolisations, consommations de produits illicites, tentatives de suicides.

    Ce sont des adolescents qui ont besoin d’être valorisés, en permanence (comme tout élève à faible estime de soi). Ils ont besoin d’un accompagnement psychologique, régulier, à leur convenance. Ils ont besoin de RECONNAISSANCE.

    Certains professeurs vont essayer de comprendre leur mode de fonctionnement, mais d’autres refusent, souvent par méconnaissance. Les élèves sont alors confrontés à un mur, et pensent  que l’enseignant ne l’aime pas.

    Les problèmes liés à l’adolescence sont alors décuplés.

     

     

    Chaque académie a son propre fonctionnement.  Dans l’académie de Rouen, les infirmières scolaires partagent leur temps entre le collège et les écoles primaires qui y sont rattachées. Le temps accordé au primaire dépend du chef d’établissement, même si notre académie tend vers un 50% collège/50% écoles, je suis à 80% sur le collège (653 élèves) et 20% en primaire (1067 élèves). Le collège accueille une classe ULIS(Unité localisée pour l’inclusion scolaire), pour les élèves en situation de handicap lourd.

     

     

     

    Quelles problématiques rencontrez-vous chez les ados ?

     

    • L’adolescence est une transition entre l’enfance et le monde adulte. L’adolescent cherche sa propre identité. Leur mal-être est le reflet de notre société.
    • Je rencontre des élèves qui se scarifient, somatisent, et qui deviennent violents. Ils se mettent en danger et mettent en danger leurs camarades. Ils reproduisent ce qu’ils voient à la TV, mais aussi les jeux vidéo. Le téléphone portable est devenu une source d’anxiété. Les réseaux sociaux occupent une place fondamentale chez les jeunes. Ils ont besoin de reconnaissance et de popularité. Ils n’ont pas conscience des dégâts collatéraux que peuvent engendrer ses réseaux. Lors d’un entretien avec un jeune (estime de soi au plus bas, scarifications, accroc aux jeux en ligne, en recherche d’identité sexuelle, tentative de suicide), il me dit : « j’ai trouvé de l’aide, une amie de Marseille, m’apprend à sortir mon esprit de mon corps ». Cette amie est virtuelle, il joue en ligne avec elle. Il ne l’a jamais vu.
    • De même, le harcèlement est très problématique, qu’il soit au collège ou au domicile. Les élèves ne mesurent pas la signification de leurs propos (vont utiliser du vocabulaire qu’ils ne maîtrisent pas).La vulgarité langagière devient banale. Ils s’insultent pour s’amuser mais la fréquence est pesante.
    • De plus, une grande partie  des adolescents vit  dans des familles recomposées, où il est très difficile de trouver sa place, avec parfois un climat social défavorable (précarité financière, de l’emploi mais aussi du logement) ou climat de violence psychologique et physique, quelle que soit la catégorie sociale.
    • Les difficultés scolaires engendrent un mal-être, lorsqu’elles sont peu ou pas dépistées dès le plus jeune âge (professeurs des écoles non formées, surcharge des classes), ou pas acceptées par les parents par méconnaissance (ou parents qui ont eu des mauvais souvenirs de leur scolarisation). Ces difficultés vont croître au collège. Les situations explosent au collège et peuvent conduire à une déscolarisation  progressive par phobie scolaire ou un comportement inacceptable qui va entraîner une exclusion du collège par conseil de discipline, mais aussi par un trouble du comportement telle que l’anorexie.
    • Ma difficulté première est d’apprivoiser l’élève pour qu’il me fasse confiance afin d’établir un dialogue. Ce travail se gère en équipe avec toute la communauté scolaire. Il est important de travailler en amont, quand c’est possible, avec les parents. L’écoute est de rigueur. Ce qui est difficile c’est de faire la part entre le ressenti de l’enfant et du parent et la réalité d’un fait. Je suis aussi un médiateur lorsque la communication entre l’ado et son parent n’existe quasiment plus. Mais je vais orienter la famille vers des professionnels ou des  associations pour que la prise en charge soit pluridisciplinaire.
    • L’adolescent en danger est très difficile à gérer. Il est primordial de travailler en collaboration avec l’assistante sociale lorsqu’elle est présente ou la CPE (conseillère pédagogique et éducative). Les propos du jeune sont recueillis tels quels, mots pour mots et face à 2 adultes. Il faut en aviser le chef d'établissement. En fonction du danger, nous alertons la cellule de recueillement des informations préoccupantes (inspection académique : dispositif pour l’enfance en danger), qui va transmettre soit au parquet soit au service social. Nous devons prévenir les parents lorsque nous faisons un écrit sauf si je juge que l’enfant ne peut être remis à sa famille. Dans ce dernier cas, je travaille directement avec la police je ne transmets mes écrits au service social une fois que l’enfant est prise en charge par la brigade des mineurs.
    • La violence est devenue banal dans le collège, puisque pour s’amuser on se donne des coups et on se lance des défis tels que CAP ou PAS CAP. Tous les jours les élèves viennent à l’infirmerie pour des contusions, plaies voir traumatismes après avoir chahuté dans les couloirs et en cours de récréation. Faute de moyens en personnel, nous  avons des difficultés à faire face à ses jeux ridicules. Il n’est pas rare qu’un élève soit envoyé à l’hôpital pour ses mêmes motifs.
    • Je vois par jour une quarantaine d’élèves.

     

    Quel(s) conseil(s) pourriez-vous donner aux parents lecteurs des blogs ?

     

    Il faut sélectionner les blogs en fonction de nos besoins et de nos ressentis.

    Ne pas hésiter à farfouiller dans un blog et laisser des témoignages.

    Certains blogs peuvent aider des parents en difficultés à en rencontrer d’autres (blog sur la phobie scolaire, par exemple).

    Des professionnels mettent leur compétence au profit des lecteurs (Astuce pour dys, Delphine Basson..).

     

     

    Le blog Delphine Basson psycho a pour objectif de rendre la psychologie et le bien-être accessible à tous. My PopPsy est un blog un peu plus fantaisiste qui touche à tout dans une rubrique « Lifestyle ». Vous êtes une fidèle lectrice des blogs. Depuis quand les lisez-vous ? Qu'est-ce qui vous plaît dans leur approche ? Aimeriez-vous que certains thèmes soient abordés ?

     

    Je ne me souviens plus de la date, mais c’est depuis que j’ai fait une agréable rencontre : la vôtre.

    Leurs diversités sont très enrichissantes, et permettent de comprendre certains problèmes auxquels nous sommes confrontés. On peut se dire que nous ne sommes pas seuls. Ce sont en quelques sortes des cavernes d’ALIBABA. On y trouve des témoignages, des solutions, des ressources…

    On peut y partager des petits bonheurs.

    J’adore la neuroscience, les sciences du comportement (de l’être vivant en général), la neuropsychologie.

     

    Encore merci d'avoir bien voulu consacré un peu de votre temps précieux pour répondre à cette interview portrait ! Je suis persuadée que toutes les informations précieuses que vous nous avez communiquées aideront tous les parents dans l'accompagnement quotidien de leur enfant. Vous êtes une belle personne passionnée par votre mission, encore bravo !

    Et vous, parents, n'hésitez pas à laisser un commentaire, une remarque, une question après la lecture de cette interview !!!

    Voir les commentaires

    2017-06-18T10:46:14+02:00

    Adulte surdouée ☆ Comédienne zébrée

    Publié par Delphine Basson Psychologue

    Je suis ravie de vous présenter une nouvelle rubrique dans le blog psycho.

    Interview Portrait, c'est l'interview mais aussi le portrait d'une personne que j'ai pu croiser sur ma route. Cette personne nous parlera d'une de ses problématiques ou d'un thème qui lui tient à coeur ou encore d'informations importantes à vous faire découvrir. Tous les thèmes abordés dans ces Interviews Portraits sont en lien étroit avec les articles du blog. C'est pourquoi, vous pourrez cliquer sur tous les mots "rose" du texte afin de pouvoir mieux vous informer sur ce sujet évoqué. 

    Alors, voici la première Interview Portrait :

    Ema Perey, adulte surdouée & comédienne zébrée...

    Bonne lecture !

    Adulte surdouée ☆ Comédienne zébrée

    Bonjour Ema Perey,

    Enseignante de formation, vous découvrez lors d’un bilan de compétences votre QI hors norme. Vous prenez alors conscience à 41 ans que vous êtes une personne à Haut Potentiel. Que pouvez-vous nous dire sur le profil HP ?

    Etre HP c’est : être hyper connecté, ressentir tout sans filtre, percevoir ce qui est invisible pour la majorité des personnes, n’avoir aucune limite artificielle, avoir une sagesse innée, sentir que dans l’univers tout est lié… Les HP sont de formidables capteurs et sont une chance pour notre monde face aux défis qui nous attendent. Nous avons reçu un don exceptionnel : nous devons l’utiliser pour le bien de tous.

    On dit souvent que le fait de découvrir à l’âge adulte que l’on est une personne HP, déstabilise dans un premier temps puis fait du bien car donne du sens. Qu’avez-vous appris précisément ? Qu’est-ce-que cette découverte vous a apporté dans votre vie ? Peut-être avez-vous alors mieux compris certaines choses ou bien cela vous a permit d’appréhender la vie autrement ?

    Le test a permis de valider mes intuitions fortes .  Je me sur-adaptais pour répondre aux attentes de l’extérieur. Mes intuitions étaient troublées, non validées. Il y avait une incohérence entre le modèle qu’on me proposait et ce que je pensais être bon au fond de moi. Le test m’a donné la force d’être ce que j’étais vraiment et d’agir en fonction de mon intériorité .

    Quels conseils donneriez-vous aux lecteurs adultes du blog qui s’interrogent sur leur hypersensibilité, hyperémotivité, hyperaffectivité… sur leur précocité potentielle ou validée ?

     

     

    C’est toujours prétentieux de donner des conseils car chacun fait de son mieux. Avec le spectacle je voudrais montrer, par mon parcours, que tout est possible quand on ose être ce que l’on est. On ne peut réussir qu’à la condition d’être en accord avec soi-même. Peu importe le regard de l’autre posé sur nous. C’est invivable de vouloir plaire sans cesse.

     

    La société commence à prendre conscience que les enfants HP se sentent en « décalage » avec leurs pairs à l’école. Vous êtes surdouée et enseignante, que devrait-on changer selon vous dans le système scolaire pour un meilleur épanouissement des enfants ?

    Les enfants HP perçoivent les dysfonctionnements  du système scolaire. Ils ont une analyse très fine et implacable. Ils sont très lucides. Pour des enfants épanouis et une société épanouie il faudrait : donner du sens aux enseignements, faire du lien entre les matières, plus de pratique, développer la créativité de chacun au lieu de l’inhiber, donner la possibilité à chacun de découvrir ses talents. Voir : Edgard Morin, Ken Robinson , Mihaly Csikszenmihaly, La méthode Montessori…La formation des enseignants pourrait s’appuyer sur le modèle de la Finlande.

    Quel était votre leitmotiv avant le bilan de compétences et quel est aujourd’hui votre mantra ?

     

    J’ai voulu passer ce bilan de compétences pour valider mes intuitions que je cachais pour trouver ma place. Je n’étais pas à ma place. Aujourd’hui je vis pleinement ma vie. Et je rencontre enfin les personnes qui me correspondent car je n’avance plus masquée. A 45 ans j’ai enfin de vrais amis.

     

    Comment avez-vous découvert mes blogs Delphine Basson Psycho et MyPopPsy ? En quoi vous ont-ils interpellée ?

    J’aime comprendre l’humain. Je suis passionnée par la psychologie. Encore une matière qui devrait être enseignée ! C’est essentiel de comprendre comment fonctionne l’humain. Votre blog est formidable car il donne un accès au savoir. Internet est un incroyable moyen pour le partage du savoir.

    Merci beaucoup Ema Perey pour ce magnifique partage. On pourra vous retrouver prochainement dans votre spectacle "Complètement zébrée" qui aura lieu sur Paris et qui aborde cette notion de précocité. "  Encore Bravo pour votre parcours et votre audace.  Je pense que votre témoignage intéressera tous les lecteurs HP du blog.

    Voici tous les liens pour vous retrouver :

    Adulte surdouée ☆ Comédienne zébrée
    Adulte surdouée ☆ Comédienne zébrée
    Adulte surdouée ☆ Comédienne zébrée

    Vous souhaitez réagir sur la précocité ? Vous souhaitez poser une question à Ema Perey ? Cliquez sur le lien si dessous Débat psycho, il est fait pour ça !!!

    Voir les commentaires

    Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog